L’Amérique d’Edward Hopper

Je crois n’avoir encore jamais parlé d’art sur le blog. La rétrospective que consacre à partir d’aujourd’hui le Grand Palais au peintre américain Edward Hopper est l’occasion parfaite pour inaugurer le sujet !

On dit de lui qu’il était le peintre de l’Amérique. Une Amérique mélancolique, silencieuse, ambigüe.

Des personnages comme en suspens, perdus dans leurs pensées — ou leur rêve américain. Des paysages new-yorkais sans voitures, ni gratte-ciels. Un rendu très cinématographique — qui me fait penser à Mad Men (on a les références qu’on peut hein !). Voilà l’Amérique de Hopper et je l’aime.

Mais puisque les images en disent plus que les mots, laissons les parler…

Nighthawks (1942)

Chop Suey (1929)

New York Office (1962)

Office at Night (1940)

Room in New York (1932)

Gas (1940)

Compartiment C, voiture 293 (1938)

Morning Sun (1952)

J’adore sa maîtrise de la lumière, la composition de ses tableaux qui donne l’illusion de la simplicité et leur faux réalisme.

D’ailleurs, il paraît que les femmes, en particulier, ne sont pas insensibles à sa peinture et un critique de Télérama a sa petite explication : « Les femmes lisent souvent dans les tableaux de Hopper. Ou elles pensent. Ou elles rêvent. Elles sont parfois dénudées. Elles ne correspondent pas à l’image de la ménagère américaine. C’est peut-être pourquoi les femmes aiment beaucoup la peinture de Hopper : il les émancipe. Il ne les couvre pas de bijoux – Ed les détestait – mais les rend sexy.» Un peintre féministe donc ? L’idée me plaît bien !

Ne reste alors qu’à me prévoir un petit séjour à Paris pour aller admirer cette rétrospective, je serais déçue de passer à côté.

Belle journée !

Exposition Edward Hopper, du 10 octobre 2012 au 28 janvier 2013 au Grand Palais à Paris.

Publicités

27 réflexions sur “L’Amérique d’Edward Hopper

  1. Bonjour,
    Je vous prie de m’excuser. Je n’ai malheureusement pas trouvé comment vous contacter autrement que par commentaire.
    Je souhaitais vous faire découvrir le service Paperblog, http://www.paperblog.fr dont la mission consiste à identifier et valoriser les meilleurs articles issus des blogs. Vos articles sembleraient pertinents pour certaines rubriques de Paperblog.
    En espérant que le concept de Paperblog vous titille, n’hésitez pas à me contacter pour toutes questions ou renseignements…

    • J’aime ses tableaux pour exactement cette ambiance que tu décris qui s’en dégage… Une douce mélancolie qui colle bien à mes humeurs du moment en plus… !

  2. J’aime beaucoup l’ambiance des tableaux de Hopper. C’est une bonne idée de lui consacrer un billet. J’avais retrouvé cette atmosphère si particulière dans une mise en scène de la pièce Opus coeur avec Vaneck et Veillon dans les rôles principaux. C’était troublant

  3. C’est drôle, j’aime beaucoup ces toiles, et il y avait un je-ne-sais-quoi qui arrivait à m’accrocher, les regarder longuement et m’y perdre. Voilà pourquoi j’adore la citation à la fin, ce côté en suspend, mélancolique, arrêté, féminin, j’aime! Et il est vrai que l’esthétique qui en ressort fait vraiment penser à MadMen!

    Olive

    • J’ai trouvé cette citation plutôt juste et c’était un point de vue sur Hopper et les femmes que je n’avais jamais entendu auparavant… Et ce qui est formidable avec les grands artistes c’est quand justement on n’arrive pas à décrire ce petit « je-ne-sais-quoi » qui fait pourtant toute la différence !

  4. Idem mon séjour à Paris reste à organiser car à voir ce que toute la presse, les blogs et mes amis qui y sont déjà allés, cette expo est sensationnelle ! Hopper a toujours était mon peintre préféré, je suis un peu jalouse de le partager avec autant de monde. Il va devenir mainstream maintenant 😦 enfin il l’était déjà, je n’ai qu’à penser que je le garde que pour moi ! 🙂

    • Ahah c’est sûr que là pour le coup ça va être dur de le garder pour toi toute seule !! 😉 Mais c’est vrai que la couverture médiatique accordée à cette rétrospective est impressionnante… mais certainement à la taille de l’évènement !

  5. J’avais prévu d’écrire sur l’expo et sur le peintre aujourd’hui, mais après avoir vu ton article j’ai dû me raviser, enfin j’ai modifié l’idée. J’avais aussi lu le commentaire de Telerama, hier, j’ai trouvé ça extrêmement intéressant. J’aime beaucoup Hopper, et ce que ses peintures dégagent, comme je l’ai dit sur le blog, souvent face à ses portraits, j’ai l’impression d’être face à une photo de film. Et ces tons qu’il utilise, transmettant toute cette mélancolie,, voire parfois ce spleen. Comme certaines l’ont dit dans les commentaires, les tableaux sont ultra réalistes et en même temps irréels.

    • C’est un artiste pas mal inspirant et je suis super surprise qu’il soit autant apprécié que ça, mais c’est tant mieux ! J’irai jeter un coup d’œil à ton article, mais t’en fais pas, plus on est de fous, plus on rit 😉

  6. L’expérience vaut le séjour à Paris…
    Je l’avais vu à Madrid en Juin, la revoir à Paris il y a 2 semaines fût un grand plaisir!
    Allez zou, ton TGV t’attend!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s