Et Voilà… Pascal Pinon

L’Islande, terre de feu et de glace… et de musique, d’où nous arrive une nouvelle petite pépite musicale, le groupe Pascal Pinon. Derrière ce curieux nom masculin se cache deux sœurs jumelles islandaises donc. A 20 ans à peine, elles ont sorti il y un mois leur deuxième album, Twosomeness, comme quoi il n’y a pas d’âge pour faire des merveilles.

Pascal Pinon via Et Voilà CoraliePascal Pinon Twosomeness Et Voilà Coralie

Le charmant duo féminin définit sa musique comme « un simple murmure à l’oreille ». Un murmure délicat, un brin mélancolique, interprété par leurs deux voix cristallines et bercé par des mélodies douces et enveloppantes.

Les douze titres de l’album, chantés tantôt en anglais, tantôt en islandais, sont emprunts d’une légère gravité mais révèlent une beauté pure. La bande son parfaite de cette fin d’hiver…

Pour l’anecdote, les deux sœurs ont choisi ce nom de groupe en référence à un homme à deux têtes mexicain qui s’exhibait dans les cirques au début du XXe siècle et qui s’appelait donc… Pascal Pinon !

Photo : Lilja Birgisdottir

Photo : Lilja Birgisdottir

Au final, le duo que forment les deux jumelles est un lumineux mélange entre leurs compatriotes du génial groupe de folk Of Monsters And Men et la danoise non moins géniale Agnes Obel. Décidément, cette musique venue du froid a un charme fou qui opère sur moi à chaque fois. Elle réchauffe l’hiver et chasse les idées noires.

J’ai pris un immense plaisir à découvrir leur album et je l’écoute en boucle depuis dix jours ! J’espère qu’il en sera de même pour vous, bon weekend !

Illustration : Vanessa Lovegrove

Illustration : Vanessa Lovegrove

P.S. Et aussi de la musique douce et/ou hivernale avec Isaac Delusion, Radical Face, Smith & Burrows

Publicités

Palm Springs, l’envers du décor

Récemment, j’ai eu l’occasion de découvrir le travail d’un jeune photographe qui m’a rappelé celui de Robert Doisneau. En 1960, le célèbre photographe parisien du « Baiser de l’hôtel de ville » est envoyé à Palm Springs par le magazine américain Fortune. Cinquante ans plus tard, des photos inédites de cette série sont découvertes, et en 2010, Flammarion en a fait un livre et Arte, un webdocumentaire, « Palm Springs, California. Sur les pas de Robert Doisneau ».

La maquette © Atelier Robert Doisneau

La maquette © Atelier Robert Doisneau

Palm Springs 1960, Robert Doisneau et Jean-Paul Dubois, Flammarion

Aujourd’hui cité pour retraités en mal de soleil, Palm Springs était dans les années 50 le refuge des stars hollywoodiennes. Le webdocu nous plonge dans le « style Palm Springs » de la fin des années 50, quand la ville très glamour était le symbole du rêve américain, de la société de consommation et de la vie moderne. Il nous emmène aussi faire le tour des plus belles maisons pour une petite leçon d’architecture et de déco 100% « modernisme », le style des Fifties.

La piscine aux parasols © Atelier Robert Doisneau

La piscine aux parasols © Atelier Robert Doisneau

La voiture bleue © Atelier Robert Doisneau

La voiture bleue © Atelier Robert Doisneau

Les cygnes gonflables © Atelier Robert Doisneau

Les cygnes gonflables © Atelier Robert Doisneau

Mais le documentaire soulève aussi intelligemment des questions plus délicates, comme celles de la place des homosexuels – acteurs importants du développement artistique de Palm Springs –, des immigrés – petites mains laborieuses de l’industrie du tourisme – et de l’environnement – là où la création d’une ville en plein désert était vue il y a un demi-siècle comme une victoire de l’homme sur la nature, elle est aujourd’hui un véritable cauchemar pour l’écologie.

Résidente avec chiens © Atelier Robert Doisneau

Résidente avec chiens © Atelier Robert Doisneau

Sous le parasol © Atelier Robert Doisneau

Sous le parasol © Atelier Robert Doisneau

Golf à Palm Springs © Atelier Robert Doisneau

Golf à Palm Springs © Atelier Robert Doisneau

Parking © Atelier Robert Doisneau

Parking © Atelier Robert Doisneau

Si vous avez du temps pour rêver, je vous conseille de plonger dans le bouquin ou le webdocumentaire qui tous deux égrènent les clichés colorés de Doisneau d’une étonnante modernité. Évasion garantie !

Bonne semaine à tous ! : )

P.S. Et aussi des envies de voyage et la vidéo d’un road trip américain !

Rêve de… déco murale

Pour décorer mon petit studio à moindre coût, rien de mieux que des cartes postales, photos, affiches et autres citations… encadrées, directement collées au mur ou posées sur une étagère… une façon originale – et économique ! – de décorer un bout de mur et ainsi de personnaliser une pièce. Et en la matière, comme souvent, Pinterest est une inépuisable source d’inspiration…

Via Design Sponge

Pour l’encadrement avec du masking tape — Via Design Sponge

Via Decora

Pour le mélange encadrés / non encadrés — Via Decora

Via Mila-Loveology

Pour les cadres posés sur des étagères et le mélange avec des objets — Via Loveology

Via Bolia.com

Pour l’encadrement de porte avec des photos — Via Bolia.com

Via Poetic & Chic

Pour l’ingénieuse idée du fil (et aussi un peu pour les coussins !) — Via Poetic & Chic

Via Seventytree

Pour remédier aux toilettes ennuyeuses — Via Seventytree

Via Vosgesparis

Pour le noir et blanc et le mix images / citations — Via Vosgesparis

Via My White Room

Pour l’effet frise — Via My White Room

Beaucoup plus modestement, dans mon petit chez moi…

Et vous, il y a quoi de beaux accrochés sur vos murs ?

P.S. Plus sur mon bord Wall Style sur Pinterest. Et encore de la déco avec le post Rêves de… bureaux

Clichés marseillais

Clichés marseillais Et Voilà Coralie

Je trouve qu’on ne joue jamais assez les touristes dans sa propre ville. Du moins, c’est très vrai pour moi. Marseille est ma ville natale, j’y ai grandi pendant 18 ans, et pourtant, je ne la connais pas si bien que ça. Je m’embrouille rapidement avec le nom de rues, des quartiers, des monuments et les numéros d’arrondissements – c’est que ce n’est pas petit Marseille ! Je connais par exemple bien mieux Paris ou Montréal où je n’ai pourtant passé qu’un an – mais quelles années ! Cet hiver, j’ai donc pris le temps de m’y balader et de jouer un peu les touristes, appareil photo (iPhone…) en main. En plus, l’année Marseille-Provence, capitale européenne de la culture 2013, est une opportunité en or pour redécouvrir la ville. Je languis déjà le printemps et l’ouverture du MuCEM (Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée) et de pouvoir me promener sur les docks de la Joliette rénovés…

Clichés Marseillais Et Voilà CoralieIMG_7728 Clichés marseillais Et Voilà Coralie  (7) Clichés marseillais Et Voilà Coralie  (5) IMG_7729 Clichés marseillais Et Voilà Coralie  (6) Clichés marseillais Et Voilà Coralie  (2) Clichés marseillais Et Voilà Coralie  (3) Clichés marseillais Et Voilà Coralie  (4)Clichés marseillais Have a dream Et Voilà Coralie Clichés marseillais Et Voilà Coralie  (20) Clichés marseillais Et Voilà Coralie  (12) Clichés marseillais Et Voilà Coralie  (14) Clichés marseillais Et Voilà Coralie Clichés marseillais Et Voilà Coralie  (13) Clichés marseillais Et Voilà Coralie  (9)

Finalement, je l’aime bien cette ville inclassable, son ciel super bleu, son vent trop fort, sa Bonne Mère et sa vue imprenable, ses jolis monuments (si, si !), son Panier plein de surprises, son Noailles dépaysant… et aussi ses bonnes adresses dont je vous reparle très vite !

Connaissez-vous et aimez-vous – ou pas – Marseille ? J’espère que ce petit tour en photos – (presque) hors des clichés – vous aura plu : )

Bonne journée !

P.S. Plus de photos sur mon compte Instagram

Trio de vidéos #1

Pour ce dimanche, trois vidéos qui m’ont récemment transportée/émue/fait sourire, bref plu ! C’est le genre de choses que j’aime habituellement partager sur Twitter, mais pourquoi pas ici aussi… !

  • De la poésie avec « Paperman », le court métrage animé des studios Disney nommé aux Oscars !

  • De l’évasion avec un road-trip à travers les États-Unis de 2 semaines, 3000 miles et 5000 photos résumé en 3 minutes. Attention, forte envie de voyage après le visionnage de cette vidéo !

  • De la gourmandise avec les coulisses du shooting photo du livre de cuisine What Katie Ate – et la réjouissante impression d’être une petite souris qui peut tout voir (mais pas tout goûter…) !

Bon dimanche et bonne semaine à tous !

P.S. Et aussi : Empty America, où quand San Francisco, New York et Seattle se vident de leurs habitants…